Archives pour la catégorie Intercommunalité

Le Val d’Orge a délibéré : pas d’aire d’accueil des gens du voyage à Longpont-sur-Orge

Mercredi 25 septembre, le conseil communautaire de l’Agglomération du Val d’Orge a voté à l’unanimité une délibération qui dispense Longpont sur Orge de construire une aire d’accueil des gens du voyage

• Parce que la majorité municipale travaille pour faire prévaloir la spécificité de Longpont-sur-Orge face à la loi Besson, qui impose à toutes les communes de plus de 5 000 habitants de disposer d’une aire d’accueil des Gens du voyage,

• Parce que la majorité municipale a bataillé pendant 5 ans pour intégrer le Val d’Orge,

• Parce que les autres communes de l’Agglomération font preuve d’une solidarité exemplaire que nous saluons,

Longpont n’aura pas à construire d’aire d’accueil

Comment ? Le nouveau schéma départemental des aires d’accueil validé par le Préfet de l’Essonne prévoit un nombre de places par communauté d’agglomération. Le Val d’Orge doit encore en construire 46.

La délibération du 25 septembre 2013 les répartit sur 5 communes en excluant explicitement Longpont-sur-Orge. Cette délibération nous permettra d’obtenir le retrait de l’emplacement réservé dans le P.L.U. Ce qu’ont déjà fait d’autres communes dans d’autres départements.

C’est parce que le Val d’Orge dispose de la compétence « aménagement des aires d’accueil des Gens du voyage » que la répartition entre les communes est possible. C’est donc parce que nous sommes dans le Val d’Orge que nous sommes parvenus à nos fins.

Notre travail de longue haleine porte donc ses fruits, tandis que d’autres (ceux-là même qui s’opposaient à notre entrée dans le Val d’Orge !) lancent à nouveau des rumeurs, de fausses nouvelles, des pétitions… ou agitent les peurs sans jamais rien proposer.

L’entrée de Longpont-sur-Orge dans le Val d’Orge officiellement approuvée

Réunie, la semaine dernière, la CDCI (Commission Départementale de Coopération Intercommunale) a officiellement approuvé le nouveau schéma départemental de l’intercommunalité. L’entrée de Longpont-sur-Orge dans la Communauté d’agglomération du Val d’Orge est donc définitivement adoptée. Quand cette entrée interviendra-t-elle ? Vraisemblablement le 1er janvier 2013.

La CCCH proche de l’implosion

Contre vents et marées, le Président de la Communauté de Communes Cœur du Hurepoix (CCCH) s’accroche à son fauteuil. Malgré la lettre cosignée par les maires de Longpont-sur-Orge, Villejust et Montlhéry, ainsi que les trois vice-présidents de la CCCH demandant à Paul Raymond de démissionner, le Président de la CCCH convoque un conseil communautaire jeudi 21 juillet. Un conseil où les trois élus de Nozay vont se sentir bien seuls, les autres élus ayant décidé de ne plus siéger dans aucune instance, tant que le bureau ne serait pas renouvelé.
Longpont-sur-Orge, Montlhéry et Villejust dénoncent la gouvernance de Paul Raymond, par ailleurs maire de Nozay, qui consiste à tout contrôler sans rien déléguer, avec une propension à faire avancer les projets de sa commune. Une situation qui a perduré tranquillement jusqu’en 2008. L’arrivée des élus de Longpont-sur-Orge a changé la donne. Nous nous sommes en effet plongés dans les dossiers pour découvrir, chiffres à l’appui, la part belle donnée aux projets de Nozay, Longpont-sur-Orge étant d’ailleurs la commune la moins bien lotie : il faut dire que le vice-président représentant Longpont entre 2004 et 2008 est devenu en 2008 conseiller municipal de… Nozay.
Les communes de Montlhéry et Villejust se rallient aujourd’hui à notre point de vue. Mieux vaut tard que jamais. Les trois communes dissidentes menacent aujourd’hui de demander leur sortie de la CCCH, si le Président s’accroche à son fauteuil. La tempête sur l’Hurepoix pourrait accélérer sa dissolution et notre entrée dans le Val d’Orge. Cette agonie peu glorieuse prouve, si besoin était, que la CCCH n’a jamais eu aucune raison d’être.

Longpont-sur-Orge bientôt au Val d’Orge

La ténacité a du bon : après trois ans de bataille, Longpont-sur-Orge devrait, sauf coup de théâtre, intégrer la Communauté d’Agglomération du Val d’Orge, sur proposition du Préfet, comme l’indique cet extrait du communiqué de presse de la Préfecture publié le 5 juillet : “A la suite de cette réunion de la commission départementale de la coopération intercommunale, et tenant compte des opinions exprimées par les élus au cours de la séance, le Préfet a décidé de proposer le rattachement de Longpont-sur-Orge à la communauté d’agglomération du Val d’Orge.”
La demande de rattachement de Longpont-sur-Orge figurait dans notre programme pour l’élection municipale de 2008. Un rattachement logique puisque notre commune est tournée vers le Val d’Orge, un bassin de vie que fréquentent quotidiennement les Longipontains.
Qui plus est, le Val d’Orge est l’une des communautés d’agglomération les plus dynamiques, ce qui va permettre aux Longipontains de profiter de nombreux services, tels que les équipements sportifs ou les médiathèques.
Pendant ce temps, la Communauté de Communes Cœur du Hurepoix agonise. Les élus de Montlhéry, Villejust et Longpont-sur-Orge réclament l’élection d’un nouveau bureau communautaire, pour sortir de l’inertie actuelle.
Les élus de Longpont Gauche Unie remercient toutes celles et tous ceux qui les ont soutenus, à commencer par les Longipontains, mais aussi l’ensemble des élus de la Communauté d’Agglomération du Val d’Orge qui ont voté, à plusieurs reprises et toujours à l’unanimité, notre rattachement.

Coup de grisou sur la CCCH

Mercredi 8 juin, la commune de Villejust a claqué la porte du conseil communautaire de la Communauté de Communes Cœur du Hurepoix (CCCH), en annonçant qu’elle voterait la sortie de la commune de la CCCH, lors de son prochain conseil municipal.
Au cours de sa déclaration, Henri Cogneville, Premier adjoint de Villejust, a notamment déclaré :
« Rien, depuis 2004 et malgré la compétence transférée, n’a permis de définir la vision intercommunale de l’Aménagement du Territoire, d’articuler les outils, les moyens et les différentes échelles de notre territoire diversifié pour mobiliser tous les moyens techniques mis à notre portée. Un Schéma d’Aménagement et de Développement Durable, voire un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal auraient été à la portée de la CCCH. (….) « Aujourd’hui, nous n’avons aucune réflexion sur le parcours résidentiel de nos habitants sur notre territoire, sur l’unité paysagère et son agriculture, sur les déplacements et les zones d’emploi, entre autres…»
Le plus “drôle” reste, cette phrase : « Monsieur le Président, de quel droit décidez-vous ce qui est bien pour notre territoire ? ». De la bouche du représentant d’une ville qui a voté contre la sortie de Longpont-sur-Orge de la CCCH pour entrer au Val d’Orge, la réflexion ne manque pas de sel…
Suite à cette intervention, Montlhéry a quitté la salle, dénonçant l’inertie du Président de la CCCH.
Il aura donc fallu trois ans à Villejust et à Montlhéry pour comprendre ce que nous dénonçons depuis toujours, à savoir que la CCCH est une coquille vide, un instrument au service des intérêts de la commune de son Président : Nozay. Mieux vaut tard que jamais, mais voilà trois ans de perdu. Les élus de Montlhéry, Villejust en seront comptables devant leurs électeurs, de même que tous ceux qui, à Longont-sur-Orge, ont soutenu contre vents et marée la CCCH et son président.

Démocratie locale : le préfet de l’Essonne contre le vote des élus

A l’heure où le Président de la République présente sa réforme des collectivités territoriales en affirmant la main sur le cœur qu’il ne s’agit en rien d’affaiblir le pouvoir des élus locaux, son représentant dans l’Essonne dit à peu près l’inverse. A l’occasion de la présentation de son bilan 2008 devant le Conseil Général, Jacques Reiller, Préfet de l’Essonne, s’en est pris à tous les élus du département qui s’opposent à ses plans. A commencer par ceux de Longpont-sur-Orge et de Nozay qui ont rejeté la fusion entre la Communauté de Communes Cœur du Hurepoix et la Communauté d’Agglomération Europ’Essonne.
Mieux, il a refusé à la commune des Ulis son entrée dans la Communauté d’Agglomération du Plateau de Saclay (CAPS), malgré le vote favorable de sept des dix communes de la CAPS. Comme à son habitude, le Préfet de l’Essonne ignore le vote des élus, lui, qui ne tient sa légitimité que d’une nomination en conseil des ministres.

Intercommunalité : Echec à la fusion

La tentative de Montlhéry de faire fusionner la CCCH (Communauté de Communes Cœur du Hurepoix) avec la Communauté d’agglomération Europ’Essonne aura fait long feu : le 7 octobre, le conseil communautaire de la CCCH n’a pas émis d’avis favorable, six voix contre (Longpont-sur-Orge et Nozay), six voix pour (Montlhéry et Villejust). Il n’y aura donc pas de fusion entre la CCCH et Europ’Essonne, ce qui est une bonne nouvelle pour la démocratie : l’Etat n’a pas réussi à imposer ses choix contre l’avis des élus, que ce soit par la voie du préfet de l’Essonne, ou par celle de Montlhéry.
Pour Longpont-sur-Orge, c’est une bonne nouvelle également : notre commune n’avait rien à espérer d’une communauté d’agglomération uniquement intéressée par l’Opération d’Intérêt National du Plateau de Saclay et peu soucieuse de solidarité et de mutualisation des moyens entre communes.
Au cours du même conseil communautaire, Longpont-sur-Orge s’est vue refuser sa sortie de la CCCH en vue d’adhérer à la Communauté d’agglomération du Val d’Orge. Nozay, Montlhéry et Villejust s’y sont opposées, dans un bel entêtement. Mais nous ne baissons pas les bras, bien au contraire.

Intercommunalité : Montlhéry aux ordres du Préfet

La soirée du 7 octobre pourrait être décisive pour l’avenir intercommunal des communes qui composent la CCCH (Communauté de communes Cœur du Hurepoix). En effet, deux votes sont prévus : l’un sur le projet de fusion de la CCCH avec la communauté d’agglomération Europ’Essonne ; l’autre sur la demande de sortie de la CCCH formulée par Longpont-sur-Orge en vue d’adhérer à la communauté d’agglomération du Val d’Orge.
Concernant le premier vote, il intervient à la demande de Montlhéry. Que Montlhéry veuille se jeter à corps perdu dans Europ’Essonne, sans même étudier les autres possibilités d’intercommunalité qui s’offrent à elle, ou d’autres procédures que la fusion plus avantageuses pour les communes notamment du point de vue financier, libre à elle. Les habitants de Montlhéry apprécieront. De là à entraîner dans son aveuglement toutes les communes de la CCCH…
Personne n’est dupe, la demande de Montlhéry intervient après la tentative de fusion à marche forcée menée par le Préfet de l’Essonne. Ce dernier, représentant du gouvernement, a trouvé au pied de la tour une oreille particulièrement attentive. Allez savoir pourquoi…
Toujours est-il que le vote de mercredi soir, outre l’avenir intercommunal des communes de la CCCH, a valeur symbolique quant à la capacité des élus locaux, démocratiquement élus, à résister aux oukases territoriaux de l’Etat. La séance du conseil communautaire est bien sûr publique : rendez-vous à 20h 30 au château de la Souche à… Montlhéry.

Intercommunalité : Les Ulis à la même sauce que Longpont-sur-Orge ?

Maud Olivier, maire des Ulis, vient d’interpeller le Préfet de l’Essonne pour lui demander d’entériner l’adhésion de sa commune à la Communauté d’agglomération du Plateau de Saclay (CAPS). Au printemps dernier, 7 des 10 communes de la CAPS ont approuvé l’intégration des Ulis. Rien ne s’y oppose donc, sauf que le représentant de l’Etat se fait tirer l’oreille et annonce qu’il prendra sa décision dans les semaines qui viennent.
Du côté de l’Orge, c’est à l’unanimité que le conseil de la Communauté d’agglomération du Val d’Orge a accepté début 2009 l’entrée de Longpont-sur-Orge. Puis, tour à tour, chacune des 9 communes qui composent la communauté d’agglomération a également voté pour. Un ultime vote est intervenu le 23 septembre : le conseil communautaire de la communauté d’agglomération du Val d’Orge a de nouveau voté à l’unanimité l’entrée de Longpont-sur-Orge.
Mais c’est vers Europ’Essonne que le Préfet, d’abord, puis la ville de Montlhéry (de quel droit Montlhéry peut-elle décider du sort de notre commune ?) veulent entraîner Longpont-sur-Orge. Rappelons que le 7 octobre prochain au château de Montlhéry, siège de la Communauté de Communes Cœur du Hurepoix (CCCH), se déroulera le vote pour ou contre la fusion de la CCCH avec Europ’Essonne.
Serait-ce une coutume essonnienne de ne tenir aucun compte du vote de représentants démocratiquement élus ? A part ça, la réforme des collectivités territoriales se fera en concertation avec les élus, dixit le gouvernement. Mieux vaut en rire.

Pourquoi le Val d’Orge ?

Le 6 juillet, le conseil municipal a adopté une délibération (21 voix pour, 4 contre) demandant la sortie de la Communauté de Communes Cœur du Hurepoix (CCCH) en vue de son adhésion à la Communauté d’agglomération du Val d’Orge.
Oui nous persistons dans ce choix qui nous paraît le mieux adapté à notre commune. Avec le Val d’Orge, nous choisissons une communauté d’agglomération de proximité et de projets, une communauté d’agglomération solidaire et dynamique, à l’inverse d’Europ’Essonne qui ne manifeste pas une grande volonté de mutualiser les compétences et fait preuve de bien peu de solidarité envers ses communes les moins dotées. Depuis sa création, Europ’Essonne a les yeux rivés sur le plateau de Saclay et les projets de développements technologiques qui s’y préparent, sans se soucier réellement de construire une véritable communauté d’agglomération porteuse de projets précis. Une communauté d’agglomération ne se construit pas seulement à coup de pôles de compétitivité.
A l’inverse, le Val d’Orge a mutualisé un grand nombre de compétences, et ce, dès sa création afin de constituer une vraie communauté de vie : éclairage public, assainissement, ordures ménagères, transports en commun, équipements culturels, circulations douces…
Se préoccuper du quotidien et du concret n’empêche nullement de se projeter dans l’avenir. Les élus du Val d’Orge réfléchissent eux-aussi à long terme au devenir de leur communauté d’agglomération.
Enfin, nous pensons que, même à l’heure d’Internet, même en Ile de France, même au moment où le Grand Paris se dessine, la proximité géographique, les habitudes de vie ont aussi leur importance. Le Val d’Orge nous permet de combiner ces deux aspects : dynamisme et proximité du bassin de vie.

12

Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
romaindesforges |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Municipales Trévoux 2008
| la marianeland
| Rognacpourtous