Archives pour la catégorie Texte du VAL

Concertation

Depuis le début du mandat, l’équipe municipale place la concertation au cœur de son processus de décision. Témoin, la réforme des rythmes scolaires. Cette réforme va profondément modifier l’accueil périscolaire, avec des conséquences budgétaires pour la commune. Le 21 janvier dernier, s’est réunie la commission Enfance Jeunesse, élargie aux représentants des parents et aux directeurs d’école. Les arguments pertinents échangés à cette occasion ont conduit à proposer au conseil municipal l’application de la réforme à la rentrée 2014, plutôt qu’en 2013.

Ce délai laisse plus de temps pour réfléchir ensemble à la mise en œuvre cette réforme. La municipalité souhaite que ce temps périscolaire supplémentaire soit l’occasion de proposer aux enfants une ouverture culturelle, sportive, musicale… en associant les services de la mairie : éducation, culture, médiathèque, École municipale de musique, services techniques…

De concertation, il en est également question pour la construction de l’école élémentaire et des accueils de loisirs à Jean Ferrat. Là encore, les commissions Travaux et Enfance/Jeunesse élargies aux parents d’élèves, aux directeurs d’école, aux professionnels du périscolaire, qui se sont réunies le 10 janvier 2013, se sont révélées très constructives quant à la définition du programme.

De concertation, il en est enfin question sur le PLU (Plan local d’urbanisme). La réunion publique du 19 janvier 2013 a rassemblé plus de 100 personnes. Un registre est toujours disponible à la mairie pour recueillir vos avis. Ces derniers seront examinés par le comité de pilotage qui rassemble des représentants de la majorité et de l’opposition municipales qui ont élaboré ensemble le projet.

20 et 27 mars : votez !

Etrange impression. Alors que de l’autre côté de la Méditerranée, des peuples se soulèvent pour obtenir de meilleures conditions de vie et pour instaurer la démocratie, chez nous, les élections cantonales semblent devoir se dérouler dans la quasi-indifférence. Une fois de plus, beaucoup pointent le risque d’une abstention très forte pour ce scrutin qui, les 20 et 27 mars prochains, permettra de renouveler les représentants de la moitié des cantons, dont le nôtre, celui de Montlhéry. Il s’agit d’élire pour trois ans les conseillers généraux qui vont s’occuper notamment de l’aide sociale, des collèges ainsi que du financement de nombreux projets élaborés par les communes.
L’heure est à la grisaille si l’on en croit une étude de décembre 2010 publiée par Le Monde. Quand on leur demande les qualificatifs qui caractérisent le mieux leur état d’esprit, 34 % répondent la « lassitude », 28 % la « méfiance » et 28 % la « morosité ». En un an, la lassitude a gagné 8 points. La défiance vis-à-vis des politiques atteint, elle… 60 %.
Quel que soit ses opinions politiques, nul démocrate ne peut se réjouir de voir le taux d’abstention progresser d’élection en élection. Il faut retrouver la volonté de se battre pour ses idées et redonner au bulletin de vote toute sa magnifique puissance.
Il n’y a pas de « petite » élection. A chaque fois, c’est la voix du peuple qui s’exprime. Nous sommes tous héritiers d’une tradition démocratique pour laquelle nos aînés ont parfois consenti beaucoup de sacrifices et nous devons la faire vivre pour la transmettre intacte à nos descendants. La démocratie est bien trop précieuse pour la laisser sombrer dans l’indifférence de l’abstention. Les 20 et 27 mars, votez !

Le 14 et 21 mars : votez !

cartesregionsfrance.jpgLes 14 et 21 mars ont lieu les élections régionales. Comme pour les Européennes de l’année dernière, beaucoup craignent une “flambée” de l’abstention. Quelles que soient ses convictions, personne ne peut se réjouir d’une telle situation. Et ce, pour deux raisons
D’abord, parce que l’élection, qui instaure la souveraineté populaire et l’égalité politique entre tous les citoyens (chaque voix a le même poids), est la base même de la démocratie que bien des peuples aimeraient connaître. A ce titre, bien plus qu’un devoir citoyen, voter est un droit et une chance inestimable pour nous qui bénéficions de ce système depuis tant d’années.
Ensuite, parce que les élections régionales sont importantes, du fait des pouvoirs et des compétences des régions. Les régions représentent un budget de 25 milliards d’euros, certes dix fois moins que celui de l’Etat, mais loin d’être négligeable.
Ces budgets sont utilisés pour exercer des compétences essentielles pour notre vie quotidienne à commencer par les transports régionaux. En Ile de France, ces transports sont gérés par le STIF (Syndicat des Transports d’Ile-de-France), la Région disposant d’une majorité de sièges dans le conseil d’administration.

Autre grand domaine de compétences : l’éducation et la formation professionnelle. La construction, la rénovation, l’entretien des lycées relèvent de la région, de même que les salaires des personnels non enseignants. En matière de formation professionnelle, la Région définit et met en œuvre la politique régionale d’apprentissage et de formation des jeunes et des adultes à la recherche d’un emploi ou d’une nouvelle orientation professionnelle. La Région intervient également en matière de développement économique, avec notamment la possibilité d’accorder des prêts aux entreprises ou d’entrer dans leur capital. Pour toutes ces raisons, il nous paraît important de vous inciter à vous rendre aux urnes les 14 et 21 mars, ou de donner procuration à une personne de votre entourage.

La Poste : attention service public en danger

Comme nous l’écrivions dans le “Vivre à Longpont” du mois de mai, l’ouverture de l’agence postale est une bonne nouvelle pour les Longipontains, parce qu’elle leur apporte un nouveau service. Mais c’est aussi un mauvais signe, car elle traduit un désengagement des services publics de l’Etat – qui transfère ses charges vers les collectivités locales –, au même titre que la réduction des effectifs du commissariat d’Arpajon.
Le changement annoncé du statut de La Poste s’inscrit dans ce contexte : d’entreprise publique, la Poste deviendrait société anonyme, pour s’inscrire dans la directive européenne qui prévoit une libéralisation totale du marché en 2013. Quant à son capital, il serait ouvert à hauteur de 20 %, avec un engagement de l’Etat à rester majoritaire. Un engagement qui avait déjà été pris pour Gaz de France, avec le succès que Suez connaît…
En Essonne, la Poste réduit déjà son service à l’usager. Cet été, de nombreux bureaux de poste ont vu leur amplitude d’ouverture réduite. Et lorsque les effectifs baissent (pour congés, maladie…), la solution consiste à fermer purement et simplement les bureaux.
Par ailleurs, des “expériences” de transfert d’activité vers les entreprises du privé sont menées dans notre département. Exemple : au centre de traitement du courrier de Massy, deux des 14 tournées de collecte du courrier entreprises ont été confiées à des sociétés privées. La vigilance s’impose
(Expression du groupe Longpont Gauche Unie dans le “Vivre à Longpont” d’octobre/novembre 2008)

Désengagement de l’Etat : des conséquences sur notre quotidien

L’ouverture de l’Agence postale est une bonne nouvelle pour les Longipontains. Mais, elle doit nous interroger sur le désengagement progressif de l’Etat des services publics.
Avec l’Agence postale, la commune pallie le refus de la Poste de s’implanter en fonction des besoins, au motif que cette entreprise publique doit être plus rentable. Au final, qui paye ? C’est toujours le contribuable, puisque le personnel de l’Agence Postale sera rémunéré par la commune.
Autre exemple, la fermeture d’une classe à l’école élémentaire de Lormoy est confirmée (sans se préoccuper de la possible rentrée tardive des enfants du voyage ou des effectifs futurs), celle en élémentaire Echassons est envisagée. L’Etat a beau marteler que la qualité de l’enseignement ne dépend pas du nombre d’enseignants, il aura du mal à démontrer que les conditions de la vie scolaire sont identiques à 25 élèves qu’ à 35.
Autre abandon, les effectifs du commissariat d’Arpajon sont fortement réduits, au point d’envisager la fermeture du poste de police de Montlhéry où la gendarmerie de Montlhéry est aussi appelée à fermer ses portes, au profit d’une nouvelle implantation à Nozay. Le service public de proximité est pénalisé, et l’Etat laisse les municipalités sans moyens face à l’insécurité.
Chacun commence à sentir concrètement les effets du désengagement de l’Etat des services publics. Un désengagement inéluctable nous serine-t-on, alors qu’il s’agit d’un choix politique.
(Expression du groupe Longpont Gauche Unie publié dans le Vivre à Longpont du mois de mai.)

Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
romaindesforges |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Municipales Trévoux 2008
| la marianeland
| Rognacpourtous