12 juin : Réunion publique de modification du POS, secteur des Folies

Mercredi 12 juin, à 20h 30, salle du conseil, aura lieu une réunion publique dans le cadre d’une procédure de modification du POS dans le secteur des Folies, un secteur urbanisable depuis 1999.

Il s’agit de la 3e modification du POS depuis le début du mandat. Pourquoi une telle modification, alors que la procédure du PLU (Plan local d’urbanisme) est en cours ? Réponse : pour respecter l’engagement triennal de constructions de logements sociaux imposé par l’État à la commune. La municipalité a choisi d’allonger la durée de la concertation sur le projet de PLU. Mais les délais pour la réalisation de l’engagement triennal, eux, courent toujours et le nombre de logements exigés devrait passer d’une soixantaine actuellement à environ 130. En effet, la loi Duflot impose 25 % de logements sociaux (contre 20 % auparavant) et ce, d’ici à 2025. 100 logements sont prévus sur le secteur des Folies, dont la moitié de social.

Derniers commentaires

Articles récents

Conseil municipal de Longpont-sur-Orge le jeudi 30 mai

Le conseil municipal de Longpont-sur-Orge se réunira jeudi 30 mai à 20h 30, salle du conseil à la mairie. L’ordre du jour se trouve sur le site de la mairie de Longpont.


Samedi 25 mai : “Faites du développement durable” à Longpont-sur-Orge

Samedi 25 mai : “Faites du développement durable” à Longpont-sur-Orge dans Actualités dd-211x300

Samedi 25 mai, la municipalité organise la 3e édition de “Faites du développement durable” avec le concours de nombreuses associations de la commune. Au programme : accrobranche, jeux, ateliers, contes, manège écolo, balade VTT, spectacle… Bref, tout ce qu’il faut pour découvrir les enjeux du développement durable en passant un bon moment en famille et entre amis. Venez nombreux à partir de 10h au chateau de Lormoy. Tout est gratuit. Le programme de la journée se trouve sur le site Internet de Longpont


Jeudi 16 mai : Présentation publique du budget 2013

Présenter chaque année le budget voté par le conseil municipal au cours d’une réunion publique : c’était un engagement de campagne. Engagement à nouveau tenu : jeudi 16 mai à 20h 30, salle du conseil à la mairie, Delphine Antonetti présentera le budget 2013. En prime cette année, une rétrospective depuis 2008 pour montrer la maîtrise du budget sur plusieurs exercices.


Cantonales et municipales : ce que change la nouvelle loi

Le Parlement a adopté définitivement hier le projet de loi relatif à l’élection des conseillers départementaux, municipaux et communautaires et modifiant le calendrier électoral.
Pour les cantonales, les électeurs désigneront tous les six ans, au scrutin majoritaire à deux tours, un binôme homme-femme pour les représenter au conseil départemental, futur nom du conseil général. Actuellement, seulement 14% des conseillers généraux sont des femmes. Pour ne pas modifier le nombre total de conseillers, le nombre de cantons sera divisé par deux (de 4 000 à 2 000). Ce découpage sera « défini sur des bases essentiellement démographiques ». Le texte reporte, en outre, à 2015 les élections départementales et régionales, prévues pour 2014, année électorale déjà chargée avec les municipales, les européennes et les sénatoriales.
Pour les municipales, le seuil du scrutin de liste majoritaire à la proportionnelle est fixé à 1 000 habitants, contre 3 500 habitants actuellement.

Par ailleurs, les électeurs voteront pour une double liste sur le bulletin de vote, une pour les candidats aux municipales et l’autre pour les candidats à l’intercommunalité. En mars 2014, les électeurs des communes de plus de 1 000 habitants trouveront, sur un unique bulletin de vote, deux listes distinctes de candidats, l’une pour le conseil municipal, l’autre pour le conseil communautaire.


Jean-Marc Ayrault demande aux préfets de dresser les listes du foncier public mobilisable

Maire Infos 8 avril 2013

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a appelé les préfets de région et de département à préparer les listes de terrains publics mobilisables pour la construction de logements sociaux, et à « engager sans délai » les consultations avec les collectivités locales à ce sujet, dans une circulaire datée du 2 avril, et mise en ligne vendredi dernier.

A la suite du vote de la loi Duflot (lire Maire Info du 19 décembre 2012), dont le but est de créer un véritable boom dans la construction de logements sociaux, « la mobilisation des terrains publics est très attendue par de nombreux élus locaux », rappelle le Premier ministre. L’un des volets les plus importants de cette loi doit permettre la cession aux collectivités à bas prix, voire gratuite, de terrains appartenant à l’Etat. La publication du décret d’application correspondant «doit intervenir prochainement », annonce Jean-Marc Ayrault.
Dès lors, le chef du gouvernement appelle « sans attendre » les préfets à « prendre toutes les dispositions utiles pour que les terrains concernés puissent être cédés au plus vite, dès publication du décret ». « Les premiers échanges avec les collectivités territoriales doivent être engagés sans délai, afin d’identifier les parcelles mobilisables et les opérations qu’elles seraient susceptibles d’y développer. »
Le Premier ministre insiste notamment sur la « préparation des listes de terrains » mobilisables, selon la procédure prévue par la loi Duflot : le préfet de région établit cette liste après avis, «dans un délai de deux mois », du comité régional de l’habitat, du maire de la commune concernée et du président de l’intercommunalité dont elle est membre.
« Les consultations des collectivités territoriales et des comités régionaux de l’habitat sont à prévoir en conséquence, dès le mois de mai », conclut Jean-Marc Ayrault.
Le programme de mobilisation du foncier public est l’un des instruments majeurs de la politique du logement du nouveau gouvernement, qui ambitionne de construire 500 000 logements par an, dont 150 000 logements sociaux, un chiffre jamais dépassé depuis les années 70 (lire Maire Info du 2 avril).


Motion pour le maintien des dotations aux collectivités territoriales

Voici le texte de la motion votée à l’unanimité par le conseil municipal de Longpont-sur-Orge, lors de sa séance du 21 mars 2013.

Le 12 février  2013, dans  le cadre de  la  première réunion du  Comité des  finances locales    (CFL),  le   gouvernement  annonçait  une   réduction  supplémentaire   des dotations de  l’Etat  aux  collectivités territoriales,  deux  fois  plus forte  que  prévue sur 2014 et 2015, afin de faciliter, notamment, le financement du crédit d’ impôt pour  la compétitivité et l’emploi.

Si cette baisse particulièrement significative des dotations de l’Etat  devait être confirmée, elle représenterait d’ici 2 ans une réduction de 3,5 milliards d’euros dans les concours de l’Etat  à l’horizon  2015, soit l’équivalent de  1,25% de l’ ensemble de la dépense locale et  la baisse cumulée sur la période 2013-2015 s’élèverait donc au total à 4,5 milliards d’euros. Pour la commune de  Longpont-sur-Orge, cela représenterait une perte de 460 000 euros.

Si nous sommes  parfaitement conscients de  la nécessité de  réduire  le déficit public et  l’endettement, d’autres  moyens  existent  que  ce  recul  historique  des  dotations. Surtout, cette ponction pourrait avoir l’effet inverse que celui escompté :à savoir une baisse de  l’activité, donc une  réduction des rentrées  fiscales, avec un creusement des déficits à la clé. En effet  les collectivités territoriales représentent plus de  70% de l’effort d’investissement de la Nation. À ce  titre, elles jouent un rôle essentiel pour les économies  locales  (équipements sportifs et culturels, habitat, projets de développement économique, zones d’activités, transports, etc.) et donc pour l’emploi.

Par ailleurs, les collectivités territoriales contribuent largement à amortir  les effets de la crise sur les ménages et dans les territoires. Toute réduction des dotations aura  un effet  négatif  sur le service public proposé à la population. Cette politique  est d’autant plus incompréhensible que le gouvernement souhaite  renforcer la décentralisation et réclame des efforts supplémentaires aux communes avec notamment la réforme des rythmes scolaires.

Nous dénoncions déjà cette politique sous le précédent gouvernement. C’est donc avec la même exigence que  nous nous adressons au gouvernement d’aujourd’hui. Nous demandons doncexpressément que  soit préservée la capacité d’action des collectivités territoriales  qui assurent au quotidien leur mission de service public, tout en participant au développement  économique, à la création d’activités et d’emplois dans les territoires.


Grève des Transports Meyer : à qui la faute ?

Depuis une semaine, les salariés des Transports Daniel Meyer sont en grève, ce qui bien sûr pénalise les usagers et complique la vie quotidienne des familles obligées de s’organiser pour le transport des jeunes au collège ou au lycée.

Mais à qui la faute ? Les salariés des Transports Daniel Meyer ne sont pas coutumiers de la grève : la dernière remonte à 13 ans ! Pour qu’ils en arrivent là, il a fallu les pousser dans leurs derniers retranchements. Ce qui est frappant dans la liste des revendications, c’est la place qu’occupent l’amélioration des conditions de travail et le respect des salariés et de la personne humaine : “arrêt des pressions incessantes envers les salariés”, “respect de la législation du travail”, “respect des instances représentatives”, “respect des salariés lors de leur convocation à un entretien”… cela fait beaucoup. Un membre de la direction a même été pris en flagrant délit de propos racistes à l’encontre d’un salarié gréviste. Et, dans un premier temps, la direction a refusé toute discussion. C’est sous la pression et en présence d’un médiateur, qu’elle s’est installée aujourd’hui à la table des négociations.

Les Transports Daniel Meyer bénéficient d’une position de monopole héritée de l’organisation des transports publics en Ile-de-France après guerre. En clair, ils sont chargés d’assurer une mission de service public sur une partie du territoire, sans aucune concurrence. Financés par les usagers et des fonds publics, le moins que l’on puisse attendre, c’est qu’ils offrent des conditions de travail dignes de ce nom : une condition indispensable pour assurer un service public de qualité.

Articles plus anciens

Le budget 2013 de Longpont-sur-Orge adopté le 21 mars

PLU de Longpont-sur-Orge : l’heure est à la concertation

Nantes Démocrate 2008 |
saharalibre75 |
romaindesforges |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Municipales Trévoux 2008
| la marianeland
| Rognacpourtous